Logocide

Logocide

Dix ans, déjà ! Logocide portait à l'édition ma première création aboutie. Manuscrit envoyé à la seule maison dont j'avais les coordonnées à l'époque (Kirographaires) et qui en a accepté la publication. Logocide a été un accident de parcours, fortuit certes, mais heureux, pour l'essentiel. 

Alors affublé d'une leucocélophobie latente, un manque d'inspiration, une satiété littéraire, j'ai décidé de rompre le charme en commençant un texte avec un dialogue dont j'ignorais la substance. L'incipit du roman ne possède qu'une brève ligne de narration, puis un dialogue très vague. 

«          Qui êtes-vous ?
–          Bonsoir.
–          Ce n’est pas la réponse que j’attendais.
–          Je suis désolé.
–          Encore une fois, la question demeure.
–          Je suis désolé. »

J'ignorais tout de ce que j'allais écrire, alors j'ai laissé mes protagonistes s'occuper de cela pour moi. Chaque soir, je relisais leur conversation et ils m'intimaient les mots qu'il fallait écrire pour y donner suite. Trois semaines après le commencement, le roman était terminé. Je crois n'avoir jamais plus ressenti cela, cette impression de lire plutôt que de créer, je m'asseyais face à mon ordinateur avec l'engouement de qui s'apprête à plonger dans son livre du moment, fébrile à l'idée d'en connaître la suite, alors que c'est à moi qu'incombait la tâche de la coucher sur papier.

Il y eut certaines maladresses dues à l'inexpérience, entre autres, l'ouvrage a depuis subi quelques modifications. Tant que je ne le présente pas à une nouvelle maison d'édition et que de fait, il n'est pas mis à la vente, je l'offrirai à qui en exprimera le souhait par le formulaire de contact de ce présent site.

Laisser un commentaire